samedi 17 mars 2018

Thèse de Guy 31


Les enfants en tant que «groupe de population»[1]

Le docteur Brewster nous encourage à voir les enfants comme un groupe de population, même si la catégorie «enfants» est trop large pour correspondre aux définitions normales des groupes de population.

Il existe de nombreux groupes d’enfants et de jeunes distincts qui justifient non seulement un ministère spécifique pour répondre à leurs besoins physiques, mais également l’attention des missiologistes dans leur développement de stratégies missionnaires efficaces … Au sein de la fenêtre 4/14 se trouvent des enfants dans beaucoup de situations telles qu’ils offrent des portes d’entrée et des ponts pour toucher leur communauté. Malheureusement, une attention adéquate tarde encore à se concrétiser chez nos stratèges missionnaires.[2]
Il développe son argument en déclarant que les enfants représentent:

-      Un groupe de population énorme (plus d’un tiers de la population mondiale). Brewster ajoute:

Certainement que ce fait, à lui seul, est suffisant pour amener les responsables d’églises à ré-examiner leurs priorités et leurs stratégies pour la prochaine décennie. Et certainement que ces faits doivent attirer l’attention des stratèges et des planificateurs des églises et des missions pour le vingt-et-unième siècle.[3]

-      Un groupe de population réceptif. Les missiologistes ont étudié les raisons pour lesquelles les gens sont soit résistants, soit réceptifs à l’Evangile, et il semble que les gens tendent à être plus réceptifs quand leurs vies sont perturbées. «Les pauvres et les exploités ont tendance à être plus réceptifs à l’Evangile. Il n’y a pas de groupe de population aujourd’hui dont les vies sont plus perturbées que les enfants et les jeunes,»[4] car ils souffrent, sont victimisés ou ne sont pas désirés. Brewster ajoute:

Le grand commandement missionnaire s’adresse aux enfants autant qu’aux adultes. Les enfants, plus que tout autre groupe de population, sont réceptifs à l’Evangile. Près de la moitié de tous les pays de la Fenêtre 10/40 se trouve aussi dans la Fenêtre 4/14. Là où les églises sont en croissance, la plupart des nouveaux convertis ont moins de 18 ans. Les enfants sont autant des objectifs que des ressources pour la mission dans le monde non-occidental. Ainsi, l’évangélisation des enfants prend place tout autour de nous.[5]

Il conclut en disant que «l’attention portée à la «Fenêtre 4/14» est donc impérative pour toute église qui considère sérieusement d’atteindre des populations réellement réceptives dans tout autre «fenêtre» du monde.»[6]

-      Un groupe de population oublié. Ici, à nouveau, Brewster va droit au but:

A la lumière de tous ces facteurs, il est curieux de constater le manque d’attention relatif que les églises accordent parfois aux ministères auprès des enfants. Qu’avons-nous à dire, d’un point de vue ecclésial et en tant que stratèges missionnaires, au groupe de population le plus nombreux, le plus pauvre, le plus perturbé, le plus en souffrance et probablement le plus réceptif du monde? Tristement, apparemment pas grand chose.[7]

Les enfants sont négligés dans notre planification stratégique et dans la littérature missionnaire. Mais ceci a commencé à changer dans cette dernière décennie. Pendant le Congrès Lausanne III en 2010 au Cap, les enfants ont été identifiés comme l’une des six priorités pour l’évangélisation du monde.[8] Voici comment cette priorité a été mise par écrit dans l’appel à l’action du Cap:

Tous les enfants sont menacés. Sur les deux milliards d’enfants dans notre monde, la moitié est menacée par la pauvreté. Et des millions sont aussi menacés par la prospérité: les enfants des pays riches et sûrs ont tout ce qu’il faut pour vivre, mais sans raison de vivre.
Les enfants et les jeunes sont l’Église d’aujourd’hui et pas seulement celle de demain. Les jeunes ont un grand potentiel d’activité en tant qu’agents dans la mission de Dieu. Ils constituent un vivier d’influence largement sous-exploité et doté d’une sensibilité à la voix de Dieu et d’une docilité à y répondre. Nous nous réjouissons du ministère excellent des personnes qui travaillent parmi les jeunes et les enfants et, étant donné l’ampleur du besoin, nous avons soif de voir ce travail multiplié. Comme nous le voyons dans la Bible, Dieu peut utiliser et il utilise les enfants et les jeunes pour changer les cœurs, par leurs prières, leur perception des choses, leurs paroles, leurs initiatives. Ils constituent une «énergie nouvelle» capable de transformer le monde. Écoutons, au lieu de réprimer leur spiritualité d’enfants dépourvue de nos approches rationalistes d’adultes.

Ainsi, en tant que FJ, nous nous alignons avec cette priorité de l’engagement du Cap. A la suite de cette déclaration, le Mouvement de Lausanne a pris ce triple engagement envers les enfants comme priorité missionnaire:

A.  Prendre les enfants au sérieux, par une recherche biblique et théologique nouvelle qui reflète l’amour et le dessein de Dieu à leur égard et par leur intermédiaire, et en redécouvrant la signification profonde, pour la théologie et la mission, de l’action provocatrice de Jésus qui «prit un petit enfant par la main et le plaça au milieu d’eux».[9]
B.  Chercher à répondre aux besoins des enfants du monde entier en formant les adultes et en leur fournissant des ressources, en travaillant, chaque fois que cela est possible, avec la famille et la communauté qui entoure ces enfants, dans la conviction qu’un ministère holistique pour et par la prochaine génération d’enfants et de jeunes est un élément vital de la mission mondiale.
C.  Exposer toute maltraitance à l’égard des enfants, s’y opposer et agir, que cette maltraitance soit faite de violence, d’exploitation, d’esclavage, de trafic, de prostitution, de discrimination sexuelle ou ethnique, de ciblage commercial ou de négligence délibérée.[10]

Brewster poursuit son document par quelques autres arguments en faveur d’une priorisation du ministère auprès des et avec les enfants et les adolescents dans nos stratégies missionnaires. Il déclare qu’«un accent sur les enfants est souvent le moyen le plus rapide d’implanter et de faire croître des églises.»[11] Il nous rappelle également que nous avons tendance à négliger les enfants dans l’action sociale. «Un tel biais constitue une erreur en termes d’efficacité. Les recherches de l’UNICEF indiquent que les interventions les plus importantes pour le développement national sont la santé et l’éducation des enfants.»[12] Brewster affirme que:

Les églises et les groupes missionnaires les plus efficaces actuellement sont intéressés à agir dans la Fenêtre 10/40. De nombreuses églises et groupes missionnaires vont ainsi découvrir que la classe d’âge des quatre à quatorze ans pourrait bien constituer la «fenêtre dans le fenêtre.» La Fenêtre 4/14 peut aussi, bien sûr, conduire à un ministère plus efficace auprès des parents et des autres adultes de cette classe d’âge. Mais, et c’est tout aussi important, le ministère dans la Fenêtre 4/14 est aussi un ministère productif et fructueux en lui-même et pour le développement optimal du leadership chrétien dont nous aurons besoin dans le futur.[13]

Finalement, Brewster conclut:

A quel appel plus élevé les églises pourraient-elles aspirer? Quelles initiatives les chrétiens tout autour du monde pourraient-ils entreprendre qui soit plus importante ou qui puisse potentiellement porter plus de fruits sur le long-terme? Si les églises ne le font pas, qui va le faire? Les églises peuvent certainement être motivées et énergisées par les besoins et le vaste potentiel inhérent à un ministère si proche du cœur de Dieu.[14]

Ainsi nous voyons que les enfants sont d’une importance stratégique. Cependant, nous ne voulons pas les atteindre et investir en eux pour un objectif utilitariste, comme: «Nous travaillons avec les enfants afin de pouvoir rejoindre les adultes plus efficacement,» ou: «Ainsi nous pouvons poursuivre un objectif ultime bien plus important que les enfants eux-mêmes.» Les enfants sont importants, et Dieu s’en préoccupe, parce qu’ils sont précieux à ses yeux. Nous devons recevoir son cœur pour eux, pas juste investir en eux comme une stratégie pour atteindre un objectif supérieur.


[1] Note du traducteur: De l’expression anglaise «people group» qui, dans le jargon missionnaire, désigne une population cible ayant des caractéristiques communes (par exemple: «Unreached people groups» - les peuples non-atteints).
[2]. Dan Brewster, The  4/14 Window:» Child Ministries and Church Strategies, Compassion, consulté le 23 mars 2015, http://www.compassion.com/multimedia/The%204_14%20Window.pdf.
[3]. Ibid.
[4]. Ibid.
[5]. Dan Brewster, Ethics and Cautions in Mission with Children, consulté le 9 avril 2015, http://www.europeanea.org/wp-content/uploads/2013/09/Ethics-and-Cautions-in-Mission-with-Children-Dr-Dan-Brewster.pdf.
[6]. Brewster, The «4/14 Window:» Child Ministries and Church Strategies.
[7]. Ibid.
[8]. «L’engagement du Cap,» Lausanne Movement: Connecting Influencers and Ideas for Global Mission, consulté le 4 novembre 2017, https://www.lausanne.org/fr/mediatheque/lengagement-du-cap/engagement-du-cap.
[9]. Marc 9:33-37.
[10]. «L’engagement du Cap,» Lausanne Movement: Connecting Influencers and Ideas for Global Mission.
[11]. Brewster, The «4/14 Window:» Child Ministries and Church Strategies.
[12]. Brewster, The «4/14 Window:» Child Ministries and Church Strategies.
[13]. Ibid.
[14]. Ibid.