lundi 19 août 2019

Agressions sexuelles et secrets douloureux (6)

6 - Plusieurs éléments sont guérissants
- Pour la victime il est guérissant de sortir du silence, d'exprimer sa souffrance et d'être cru par la personne qui écoute. Parler et être écouté est puissant et va rompre la confusion et le sentiment d'abandon.

- Être écouté c'est sentir la compassion de celui qui écoute, cela favorise la confiance et libère la parole. Je ne dirais jamais assez combien écouter des victimes qui partagent leur vécu est puissant libérateur. Ce n'est pas juste une entrée en matière pour passer rapidement à la suite. Écouter vraiment enclenche la guérison. 

- Écrire son parcours est aussi source de restauration. L'écriture de son parcours de vie pour certains est source de guérison. 

- Guérir dans les relations en sortant de l'isolement. Les agressions sexuelles favorisent l'isolement. La victime a tendance à se replier sur elle-même, s'isoler et rencontre des difficultés à investir dans de nouvelles personnes. "Il n'est pas bon que l'homme soit seul". Il faut tout faire pour briser cet isolement et favoriser des rencontres. Par exemple participer à un groupe de parole comme en propose AIVI (Association Internationale des Victimes de l'Inceste)

- Favoriser le fait que la personne aidée rejoigne une association locale, pour retrouver le sentiment d'être utile dans un espace de rencontre et d'activités partagées.

- Aider c'est aussi plus simplement donner des adresses utiles et des n° de tel gratuits pour avoir une assistance et des conseils précis. Vous trouverez tout ça sur mon site web à la rubrique "CONTACT"

- La démarche pénale elle aussi est aussi guérissante car le plus souvent la victime subit deux agressions, l'abus sexuel et le déni familial. La condamnation de l'abuseur par le tribunal mettra une fin aux mensonges des proches, aux doutes émis sur la véracité des faits et reconnaîtra enfin la souffrance endurée.

- Certaines formes de thérapie ont aussi leur place.

- Pour la guérison spirituelle, l'espace me manque ici pour parler des différentes écoles de l'accompagnement pastoral. Disons que la relation d'aide est très exigeante. On ne se forme pas en 5 mn. La première chose à faire c'est toujours de commencer par un travail sur soi pour ne pas enseigner ce qu'on a besoin d'apprendre. Si, après être restauré, vous avez toujours envie d'aider les autres, alors vous pourrez peut-être être utile. A ce moment-là il faut se former à certains outils d'écoute et de connaissance des processus de changement et d'accompagnement. Tout cela demande du travail et du temps. Il convient également de développer la pensée de travail en équipe, et en réseau car on ne peut pas réussir seul. En réseau veut dire ici avec les ressources de la cité, avec les associations d'aide aux victimes, les services sociaux, les assistantes sociales, etc. selon les besoins de la personne. On peut également avoir besoin de conseillers pour la réinsertion professionnelle. Il faut travailler avec les outils et les ressources de l'église et de la cité.

Je terminerai ce tour rapide en vous disant "soyez curieux". Tout est sujet de formation et d'apprentissage, il faut être ouvert et se cultiver sans cesse. Comprendre quelqu'un c'est aussi comprendre son histoire, son contexte culturel d'origine, ses us et coutumes, ses valeurs très spécifiques parfois, etc.

On mesurera la réalité du changement en fonction de la dissociation que la personne aura développé par rapport aux évènements vécus, mais également dans sa capacité à réinvestir dans de nouvelles relations.

Pour parler vrai, le processus des guérisons est long. "Guérisons" est écrit au pluriel, car il faut guérir les pensées, les émotions, le corps, mais aussi les relations à soi, aux autres et également à notre travail.

On ne peut réussir seul. Pour aider et être aidé nous avons besoin d'écoute, de compassion, de bénévoles, de professionnels, d'associations, etc. J'aime ce proverbe africain qui dit : "Élever un enfant, ça prend tout un village"

Jean-Louis Lafont  jlouislafont@wanadoo.fr - www.jeanlouislafont.com

 

Baptiste fête ses 20 ans avec ses copains / Baptiste celebrates his 20th birthday with his friends

Baptiste a fêté hier ses 20 ans avec ses copains, avec son traditionnel tournois de football suivi d'une pizza party...

Baptiste celebrated yesterday his 20th birthday with his friends, with his traditional football tournament followed with a pizza party....

dimanche 18 août 2019

Fête de la maman de Joële / Joële's mon's birthday party

Nous avons fêté hier l'anniversaire de Scarlette, la maman de Joële, qui avait invité ses amies pour des grillades.

We celebrated yesterday Scarlette's birthday, Joële's mom, who invited her friends for a grill party.

jeudi 15 août 2019

Baptiste va partir en école de disciples et cherche du travail / Baptist is going to leave for DTS and is looking for a job

Sa maturité en poche, Baptiste va partir faire une école de disciples en Australie dans un mois. Il cherche du travail d'ici-là pour aider à financer son projet. Il va certainement enchaîner avec l'école FTJ en avril 2020 à Yverdon. Ensuite, ce sera une année de service civil, puis la suite des études... Si vous avez connaissance de jobs pour un mois dans la région d'Yverdon pour lui, merci de nous le faire savoir ;-)

His maturity diploma over, Baptiste is going to leave us in one month to attend a DTS in Australia. He is looking for a job in the coming weeks to help him finance his project. He will certainely join the PCYM after that in April 2020 in Yverdon. After that, it will be one year of civil service, then pursuing his studies... If you know about any job opportunity for one month in Yverdon, please can you inform us about it? ;-)
 

dimanche 11 août 2019

Formation au Moyen-Orient (3) / Training in the Middle-East (3)

La formation ADN continue de bien se dérouler, et les gens sont bien impactés par l'enseignement approfondi sur les différentes valeurs. Beaucoup de contacts très profonds et de nouveaux pays qui souhaitent démarrer, c'est encourageant. 

The DNA training is still going on very well, and people are impacted by the deep teaching on the different values. Many deep personal contacts and new nations willing to start, this is encouraging.
 

samedi 10 août 2019

Agressions sexuelles et secrets douloureux (5)

5 - De la compassion, à l'action

"C'est comme pasteur qu'une jeune fille m'a confié la situation d'inceste qu'elle avait subi pendant plusieurs années. Quel comportement le plus juste devais-je prendre ? C'est finalement le signalement au procureur de la République qui s'est imposé. Au final c'est la recherche du bien de la victime, la protection des plus jeunes de la fratrie, l'intérêt du système familial et l'exigence du respect de la loi qui ont eu raison de mes hésitations. Pour être honnête, ma position ne m'a pas épargné d'un sentiment intérieur de dévastation. Ma priorité a été de rechercher le bien réel des personnes touchées par ce drame, car dans cette situation ce n'était pas à mes émotions de prendre le dessus. Il fallait ouvrir un chemin de restauration pour chacun, et ce chemin passait aussi par l'intervention de la justice."

Un secret douloureux qui vous est confié est un cadeau encombrant qui va bouleverser vos pensées, votre conscience, et parfois votre quotidien. Si ce que vous entendez dévoile un danger pour la personne, vous devez agir. Cela veut dire parler régulièrement avec la victime. Si elle est en danger comme dans le cas de violences conjugales, l'héberger pour un temps chez vous ou chez des proches le temps de faire des démarches et trouver une solution durable. La solidarité et l'amour de son prochain, peut nous faire quitter un temps notre zone de confort.

Faut-il garder tous les secrets qui nous sont confiés ? Non. La Bible nous dit " l’amour couvre une multitude de fautes (ou de péchés selon les versions)" Couvrir ne veut pas dire cacher. Ce n'est pas parce que nous connaissons bien quelqu'un, que nous ne devons pas condamner les comportements répréhensibles qu’il pourrait avoir. C’est précisément se soucier de l’autre que de protéger et aider la victime, et de signaler l'agresseur.
Ecouter, conseiller, accompagner dans des démarches, protéger, nous prend du temps, de l'énergie. "Rechercher le Royaume de Dieu et Sa justice" n'est pas de tout repos parfois, mais quelle joie de "libérer les captifs"

Dans tous les cas, si l’acte relève du pénal, il faut le soumettre aux autorités pénales. La loi est la même pour tous "Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées par Dieu" 1Pierre 4, 8 (Parole Vivante)

Vous devez toujours refuser de participer à des arrangements "maison" entre les personnes impliquées. Ces engagements, qui ne durent jamais, sont toujours au détriment de la victime et de la reconnaissance de sa souffrance. Seuls le tribunal et les magistrats ont mission d’arbitrer ces délits. Aucun prêtre, pasteur, parent, ami, ne peut s’attribuer cette fonction-là et se substituer à la justice.
S’il arrivait que l’agresseur demande pardon à la victime, cela ne doit en aucun cas le dispenser de rendre des comptes à la société pour des actes que la loi qualifie de criminels. Le plus souvent, c'est notre peur de l'affrontement qui nous retient et nous empêche d'agir. Nous devons pratiquer la justice. Pv 31:9 "Ouvre ta bouche, juge avec justice, et défends le malheureux et l'indigent"

Pourquoi porter plainte ? Tout ne peut pas se régler sur le mode éducatif ou sur la négociation. Un arbitrage est parfois nécessaire. Si les agressions sont toujours en cours, cela va permettre de les faire cesser en se protégeant de l’agresseur, et en protégeant éventuellement un autre membre dans la famille. Ne pas le faire développe le sentiment d’impunité chez l’agresseur et favorise chez l’agressé l’absence de protection. Cela favorise l’installation de l’indifférence chez les proches.
Les fausses plaintes existent, mais ce fait est très rare. L’enfant peut se retrouver instrumentalisé par la mère, qui souhaite se séparer du père. Si la prudence est de mise dans ces affaires, elle ne doit pas être une justification à notre inaction. 

C'est à la victime de déposer plainte. Vous ne devez ni lui forcer la main, ni la dissuader de faire les démarches nécessaires. C'est à vous par contre de signaler aux forces de police ou au Procureur de la République une situation que vous jugez être un danger pour une personne. Votre témoignage peut sauver une vie. Signaler les comportements de violences dont vous êtes témoin est un devoir de citoyen et de croyant. On peut très bien faire des signalements au Procureur de la République, laisser ses coordonnées, tout en demandant à rester anonyme.

En France déposer "une main courante" permet de dénoncer des actes dont vous avez été victime ou témoin, sans souhaiter poursuivre l'auteur des faits.

La plainte elle, est une démarche pour poursuivre en justice l'auteur de faits délictueux, et le faire condamner à une peine et/ou d'obtenir des dommages et intérêts. On peut déposer la plainte au commissariat de police, à la gendarmerie, ou écrire sur papier libre, directement au procureur de la République au tribunal de grande instance. Porter plainte n'est pas une garantie de succès. La situation peut être douloureuse pour la victime, quand la justice refuse de se prononcer, notamment par des classements sans suite ou par des non-lieux.

Retenons que le silence est pire que tout car il ne protège que l'agresseur et il est facteur de séquelles pour la victime. Parler permet d'enclencher le changement et l'estime de soi. A l'entourage, à la famille et aux amis de soutenir la victime et de l'aider dans ce parcours difficile.

Jean-Louis Lafont  jlouislafont@wanadoo.fr - www.jeanlouislafont.com

 

Loïc et Noémie en route pour Kiev / Loïc and Noémie on their way to Kyiv

Loïc et Noémie sont en route pour Kiev, en Ukraine, en voiture! Ils vont suivre un B2b, un cours pour jeunes leaders avec JEM pendant une semaine, afin de nous aider à l'encadrer l'été prochain à Burtigny pour la Francophonie. Gros défi ce matin... Ils dormaient dans un camping à République Tchèque, et quelqu'un s'est introduit dans leur tente et a volé l'ordinateur de Noémie... Merci de prier pour eux!

Loïc and Noémie are on their way to Kyiv, in Ukraine, by car! They will follow a B2b, a one-week course for YWAM young leaders during one week, to be able to help us staff it next Summer in Burtigny for the french speaking world... They were sleeping in a camping in Czech Republic, and someone sneaked in their tent and stole Noemie's computer... Thank you for praying for them!

vendredi 9 août 2019

Maé part pour l'Afrique / Maé leaves for Africa

Maé part aujourd'hui pour le Sénégal pour participer à Planting Together, une tournée FJ internationale avec des équipes d'Afrique, d'Europe et d'Asie. Elle y va avec une équipe française. Ils vont planter des arbres au nord du pays et rejoindre les habitants de villages de brousse. Elle se réjouit à fond!

Maé leaves today for Senegal to attend the Planting Together outreach, a international KKI intitiative with teams from Africa, Europe and Asia. She goes with a french team. They will plant trees in the north of the country and reach out to people in bush villages. She is looking forward to this time so much!

lundi 5 août 2019

Agressions sexuelles et secrets douloureux (4)

4 - Une écoute qui délivre

Un bon départ est de parler à un tiers digne de confiance. Pv. 18.21 "La mort et la vie sont au pouvoir de la langue." Nos paroles sont appelées à créer. Parler permet à la victime d'enclencher le changement. Mettre fin au silence est puissant.

Pas si facile de trouver une oreille attentive qui écoute sans curiosité, qui est juste simplement là pour accueillir la confidence. Quand une personne se confie, c'est au prix d'un effort considérable et de beaucoup de courage. D'un côté parler est une prise de risque, et de l'autre avoir quelqu'un qui écoute sans juger est très nouveau.

Ecouter est l'affaire de tous et chacun de nous peut développer son écoute. On vous dira sans doute que c'est réservé aux professionnels, mais on se souviendra aussi que ce sont des amateurs qui ont construits l'Arche de Noé, et des professionnels le Titanic… Tout ça pour dire qu'on a besoin de tout le monde pour aider et être aidé.

Commencez par écouter, juste écouter et soutenir en silence. Ecc 3.7 "Il y a un temps pour se taire et un temps pour parler." Parfois écouter sans répondre est très puissant et réconfortant. Job au cœur de l'épreuve vit ses trois amis venir le réconforter. "Ils s'assirent avec lui par terre, pendant sept jours et sept nuits ; personne ne lui dit un mot, car ils voyaient que sa douleur était très grande" (Job 2. 13)

Je recommande dans un premier temps de faire acte de présence et de garder le silence. La seule présence et l'écoute sont une grande puissance pour une personne éprouvée. Elles expriment une présence qui comprend et qui dit je suis juste là pour toi, à tes côtés, le temps nécessaire. Présence et écoute réconfortent. Garder le silence et être simplement présent, fait une grande différence.

Etre juste présent avec la victime, permet à cette dernière de s'apprivoiser avec vous. Se faire doucement à l'idée qu'elle pourrait vous parler. Nous savons que pour la victime d'agressions sexuelles, parler présente des risques pour elle-même, sa famille et l'entourage. Il faut donc la soutenir, lui dire qu'on va l'aider. C'est très important car cela brise l'isolement dans lequel elle se trouve. Manifestez aussi de l’affection à l’enfant ou l'adulte, qui a besoin de réconfort et d’empathie.

Il est bon de féliciter celui ou celle qui se confie car il est guérissant d'être cru par la personne qui écoute. Les premières réponses à donner seront :
- "Je te crois... "
- "Ce n'est pas ta faute."
- "Tu n'es pas responsable"
Laissez la personne s'exprimer sans l'interrompre. Ce qui peut faire obstacle à votre écoute, c'est que l'émotion vous submerge. Dans ce cas-là, on peut avoir tendance à faire ce qu'on appelle les "trop vite", consoler "trop vite", rassurer "trop vite", conseiller "trop vite", etc. N'évitez pas d'être touché, mais attention aux "trop vite". 


Il est indispensable d'exclure ses idées préconçues et toute tentative d'interprétation. "Celui qui répond avant d'avoir écouté fait un acte de folie et s'attire la confusion." Pv 18:13

Prenez le temps d'écouter, les conseils viendront plus tard. Acceptez et croire ce que dit la personne (ce n'est pas toujours facile)

Jean-Louis Lafont  jlouislafont@wanadoo.fr - www.jeanlouislafont.com

 

Formation au Moyen-Orient (2) / Training in the Middle-East (2)

Tout bon démarrage de la formation. 75 participants sont arrivés. Dale,  Joële et Guy enseignent sur les valeurs FJ. A suivre...

The trasining has a good start. 75 participants arrived. Dale, Joële and Guy teach on KKI values. To be continued...
 

jeudi 1 août 2019

Arrivée au Moyen-Orient (1) / Arrival in the Middle-East (1)

Nous sommes arrivés hier soir au Moyen-Orient pour deux semaines de formation. Aujourd'hui, Noam fête le 1er août en dégustant une petite fondue au soleil...

We just arrived yesterday night in the Middle-East for two weeks of training. Today, Noam celebrates the 1st of Augsut by enjoying a little fondue in the sun...

dimanche 28 juillet 2019

Agressions sexuelles et secrets douloureux (3)

Agressions sexuelles et secrets douloureux

3 - Secrets et silence sont facteurs de séquelles 


Quelques exemples : 
- La pression psychologique exercée par une personne ou par un groupe, ajoutée à la peur de la violence, amène parfois une victime à ne pas résister aux exigences de ses agresseurs et à se soumettre à leurs ordres. Cette absence de résistance de sa part peut engendrer un intense sentiment de culpabilité, qui s’avère aussi dommageable que le viol lui-même et entraîne de graves séquelles psychologiques et affectives. Cette perception que la victime est complice est fausse bien sûr. Le silence fait des ravages dans les pensées et les émotions.

- Les menaces, le chantage et la loyauté bloquent la parole des victimes. En France, si les victimes d'agressions sexuelles parlent en moyenne après 16 ans de silence, ce n'est pas par choix. Il peut arriver qu'elles parlent plus tôt quand il y a la volonté de protéger l'entourage et particulièrement les plus jeunes de la fratrie. Certaines victimes ne disent rien pendant un temps, car elles ignorent qu'il s'agit d'un crime. Dans tous les cas, rien ne pèse tant qu’un secret douloureux.

- Il est impossible de ne pas communiquer. Quand les mots ne sortent pas, c'est le corps qui s'exprime. Pour les ados, il parle avec force par des conduites à risques, des scarifications (incisions de la peau), fugues, alcoolisation précoce, toxicomanie, anorexie, boulimie. L'agression sexuelle enferme les victimes dans le silence, la honte, la peur et diminue l'estime de soi. Elle favorise la victimisation à l’âge adulte, un sentiment de rejet, d'abandon, des troubles du sommeil, l'échec dans la scolarité et les études.

- Confusion et sentiment d’abandon. L’enfant victime d’agression sexuelle vit dans une très grande confusion, sans aucune confiance envers ses parents, les adultes qui l’entourent, la société. En effet, au quotidien, le père transgresse la loi dans le cercle familial, tout en continuant de vivre avec son entourage comme si de rien n’était. Quant à la mère, elle choisit de ne pas choisir entre son mari et son enfant.

- Troubles de la sexualité. Pour les jeunes enfants qui ont été agressés, ils réalisent parfois des actes de voyeurisme ou d’exhibition. Ils tentent des agressions sexuelles sur des enfants plus petits et peuvent avoir des comportements sexuels inappropriés. Ces gestes peuvent se traduire surtout par l’introduction d’objets dans leur anus ou leur vagin, la masturbation excessive ou en public.

- Pour les femmes et les hommes prostitués, 75% d’entre eux ont des antécédents d’agressions sexuelles pendant leur enfance, le plus souvent de nature incestueuse.

- Dans la relation aux autres, les victimes grandissent en pensant que :
1. on ne peut pas faire confiance aux personnes qui sont censées nous aimer ;
2. des marques d’attention et d’affection s’accompagnent toujours de demandes d’ordre sexuel 
3. on ne peut être maître de son propre corps ;
4. les besoins des autres passent avant nos propres besoins ;

- Les violences faites aux enfants favorisent tout au long de sa vie des risques de dépression, d’avoir une grossesse précoce, de se retrouver en situation de précarité, également le risque de prostitution. Les violences subies enfant, sont la 1ère cause de violences que l'on subira ou fera subir à l'âge adulte. La liste n'est pas close.

- Pour le Dr Murielle Salmona présidente de "Mémoire traumatique et victimologie" "avoir subi ces crimes dans l’enfance est la première cause de mort précoce, de suicide, de conduites addictives, de grande précarité, de marginalité, et de nombreuses pathologies somatiques. 97% des victimes de viols ont des conséquences sur leur santé mentale et 43% ont des conséquences importantes ou très importantes sur leur santé physique."

- Les enfants sont également victimes quand ils sont témoins de violences conjugales. Leur présence n'empêche pas ces violences. Ils sont toujours très traumatisés par ce dont ils sont témoins. En 2016, 123 femmes ont été tuées par leur partenaire, ex-partenaire, ou "petits-amis". 34 hommes ont été tués par leur partenaire ou ex-partenaire. 25 enfants mineurs sont décédés, dans un contexte de violences au sein du couple. Pourtant, seuls un tiers des conjoints ont été condamnés pour homicide. Source: « Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple. Année 2016 », ministère de l’Intérieur, délégation aux victimes.

S'il est difficile d'avoir un chiffre précis, nous savons que tous les ans en France, un très grand nombre de décès d'enfants sont imputables aux mauvais traitements se déroulant au sein même de la famille.

Et toujours cette question à poser à chaque enfant ou adulte qui semblent traverser une grande épreuve : "Est-ce que tu es victime d'agressions sexuelles ?"

Jean-Louis Lafont  jlouislafont@wanadoo.fr - www.jeanlouislafont.com

 

Les Zeller en vacances (10) / Zellers on holiday (10)

Pas de wifi ces derniers jours, donc pas de possibilité de mettre des nouvelles. Nous étions en Bretagne sur la Côte de Granit Rose, magnifique. Se balader et nager parmi ces rochers aux formes et aux couleurs surprenantes était un régal. Puis nous avons visité le planétarium de Bretagne à Pleumeur-Bodou, avec des projections sur les étoiles et la découverte du système solaire... Puis le voyage de retour, en deux jour, avec arrêt entre deux chez nos amis Esquevin près de Soissons.

No wi-fi these last few days, so no possibility to post any news. We were in Brittany on the Pink Granite Coast, beautiful. Hike and swim among these rocks with surprising shapes and colours was delightful. Then we visited the Brittany Planetarium in Pleumeur-Bodou, with projections on stars and disvoery of the solar system... The the return trip, in two days, with a stop in between at our friends Esquevin in Soissons.

mardi 23 juillet 2019

Les Zeller en vacances (9) / Zellers on holiday (9)

Aujourd'hui, visite d'une entreprise d'ostréiculture à Cancale, puis visite de Saint-Malo, balade sur les remparts... mais il fait trop chaud! On renonce à la moitié pour se réfugier à l'ombre des rues... On a aussi fêté les 20 ans de Baptiste (c'est aujourd'hui), qui nous quitte ce soir pour rentrer en Suisse avec un Flixbus depuis Rennes pour participer au camp Bâtir sa Maison.

Today, visit of an oyster farm in Cancale, then visit of Saint-Malo, walk on the walls... but it is too hot! We stop after half of it to find refuge in the shadow of the streets... We also celebrated Baptist 20th birthday (it's today), who is leaving us tonight to go back to Switzerland with a Flixbus from Rennes, to attend the camp Build your House.

lundi 22 juillet 2019

Agressions sexuelles et secrets douloureux (2)

Agressions sexuelles et secrets douloureux

2 - "Les sans voix" 


Les victimes d'agressions sexuelles sont dans votre entourage immédiat, quartier, amis, au travail, vous leur parlez, les saluez, mais ignorez tout de leurs souffrances. Peut-être vous-même vivez ou avez vécu cela. "Les Sans Voix" réalisé par Catherine Zavlav s‘inscrit dans le cadre de la campagne "Stop au déni" pour rendre hommage à ces enfants, ces femmes, et ces hommes, victimes de violences sexuelles https://www.youtube.com/watch?v=yNdsvsD8SfQ

Les médias sont encore timides pour se faire régulièrement l'écho de ces souffrances, et parler de la réalité de la maltraitance sur les bébés, des violences conjugales ou des mutilations sexuelles. Sur toutes ces thématiques si sensibles, nous ne sommes pas prêts dans notre pays à voir une réalité si dérangeante.

Lorsque l'on touche aux agressions sexuelles et au tabou de l'inceste par exemple,  les médias préfèrent utiliser le mot pédophilie plutôt qu'inceste. La pédophilie est extérieure à la famille, ce qui évite de s'attaquer à l'intouchable famille. L'inceste brise l'image de "havre de paix" associé à la famille. Le mot pédophilie évoque souvent un étranger sur le chemin de l'école qui propose à un enfant des bonbons, le fait monter dans sa voiture pour le violer, voir le tuer. Cela arrive mais c'est rarissime. Ce qui est très fréquent par contre, c'est que 80% des infractions sexuelles sur mineurs sont commises au sein même de la famille. Le loup ne cherche pas à rentrer dans la bergerie, il y vit. Si la famille est le lieu de violences, aucun groupe humain n'est épargné.

Les agresseurs sont majoritairement des hommes censés protéger les enfants (95%), connus des victimes, membre de leur famille.  Les enfants sont les principales victimes des violences sexuelles, les filles bien plus que les garçons, mais également les personnes vulnérables, handicapés, SDF, etc.

Une femme sur trois a déjà été victime de violences dans le monde Dans certains pays ce sont près de sept femmes sur dix, d'après l'ONU Femmes. Il reste toujours difficile de parler sur certains sujets. Les agressions sexuelles subies dans le cadre conjugal par exemple, sont celles dont les femmes parlent le moins facilement.

En France une femme décède tous les 2,5 jours sous les coups de son mari, conjoint ou ex conjoint. Les pires violences s'exercent après les ruptures. Des viols de "vengeance" peuvent survenir après des années de séparation. Conséquences pour ces femmes: grossesses non voulues et IVG, elles vivent dans la peur, avec de la dépression ou des idées suicidaires. Des associations comme la FNSF (Fédération Nationale Solidarité Femmes) les aident à préparer leur départ et à trouver des lieux d'hébergement secrets, où elles pourront reconstruire leur vie à l'abri du conjoint. Vous trouverez cette adresse et bien d'autres sur mon site web à la rubrique "CONTACT"

Pour certaines femmes, qui font référence à des idées religieuses sur le mariage et la famille, toute démarche pénale demande un certain cheminement d'idées.  D'autant plus qu'au sentiment de honte s'ajoute la peur du jugement, et celle de se retrouver rejetées du groupe pratiquant, sans savoir vers qui se tourner.

D'autres quasiment séquestrées, surveillées par leur conjoint, ne peuvent ni sortir seules, ni téléphoner. Il y a le cas des couples étrangers où les deux sont sans papiers et la femme a peur qu'une plainte conduise à l'expulsion. Comment faire appel à la police ou à la loi, pour une femme sans papier ou en attente d'être régularisée, si on vous dissuade de le faire sous la menace de signaler votre situation irrégulière ?

Les victimes adultes et les enfants disent : "on m'a demandé de ne pas parler". Pour l'agressé parler est une prise de risque pour lui-même, sa famille et l'entourage. Le dilemme est de taille, car parler revient à "faire le sale boulot" et se taire est impossible. Parler créera la division et ne sera pas plus facile que le silence. Il est vrai également qu'en cas de dépôt de plainte au tribunal, les paroles peuvent avoir des conséquences pénales pour les responsables.

Pour les victimes, Parler, oui, mais à qui ? Comment briser la peur de dire ?

Même si cela est difficile et risqué le plus souvent, parler est toujours le meilleur choix. S'il est vrai que, quand on prend des risques on peut perdre, si on n'en prend pas, on perd à tous les coups. Le silence est pire que tout et ne protège que l'agresseur. Il faut parler, à un(e) amie, à un tiers digne de confiance, au médecin de famille, à un parent.

Pour l'enfant quelques soit le contexte, il est plus difficile de parler de ce qu'il endure car il est menacé si jamais il envisage de révéler ce qu'il vit. 

Je vous propose de poser une question précise, chaque fois qu'il vous semble qu'un enfant ou un adulte, par son comportement ou ses paroles, semble être en grande souffrance : "As-tu subi des violences ou du harcèlement chez toi ou ailleurs ?" ou encore "es-tu victime ou témoin de violence"
Tous, nous pouvons poser cette question que nous soyons médecin, enseignant, parents, ami, voisin.
Soyez de ceux qui entendent ces souffrances, croient et aident.


Jean-Louis Lafont  jlouislafont@wanadoo.fr - www.jeanlouislafont.com

Les Zeller en vacances (8) / Zellers on holiday (8)

Journée consacrée à la visite du Mont Saint-Michel, un lieu fascinant et assez extraordinaire, mais surchargé de touristes... On a quand même bien apprécié et on s'est plongé dans la visite de l'abbatiale fondée vers 740.

This day was dedicated to visiting Mount Saint-Michel, a fascinating and quite extraordinary location, but a bit overloaded with tourists... We still enjoyed and we dove in the visit of this abbey founded around 740 AD.