vendredi 2 novembre 2018

Comment créer un héritage familial missionnel et multigénérationnel (16)


6. La clé de l'individualité
En tant que parents, nous ne sommes pas appelés à dicter le chemin que nos enfants doivent prendre, mais à les aider à connaître Dieu et à suivre son plan pour leur vie. Pour ce faire, il faut identifier les dons uniques et les appels que Dieu a placés en l'enfant. Une fois identifiés, nous sommes appelés à encourager intentionnellement et à attiser les flammes de ces dons et de ces appels. « ... gardant le souvenir de la foi sincère qui est en toi, qui habita d'abord dans ton aïeule Loïs et dans ta mère Eunice, et qui, j'en suis persuadé, habite aussi en toi. C'est pourquoi je t'exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l'imposition de mes mains. Car ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d'amour et de sagesse. »[1]
Nous ne devrions pas essayer de vivre notre vie à travers nos enfants ni de nous désengager, avec une attitude « inch Allah ». Dieu nous a appelés à être intentionnels. Nous devons littéralement former ou diriger notre enfant dans la voie individuelle et unique qu'il devrait emprunter.[2]
Pas concret : Alors que vos enfants grandissent, demandez à Dieu de vous donner son regard sur eux. Quand vous les voyez commencer à montrer leurs dons, attisez ces flammes. Permettez-leur de grandir et de prendre de l’envergure dans ce domaine. Ne restez pas coincé dans une direction. Les jeunes ont besoin d'avoir beaucoup d'expériences, alors ne vous précipitez pas.
Dites-leur combien Dieu les a créés uniques et montrez-leur comment leurs dons, leur personnalité et leurs talents peuvent être utilisés pour le royaume de Dieu. Ne vous enfermez pas dans une mentalité de ministère traditionnelle. Donnez-leur l'exemple et aidez-les à simplement entendre la voix de Dieu et à obéir à ses directives pour leur vie. C'est ainsi que Jésus fonctionne avec nous, il ne contraint ni ne manipule jamais.

7. La clé du souvenir
Dans le livre Great Souls, Six Who Changed The Century, l'auteur David Aikman, cite Ely Wiesel, survivant de l'Holocauste : « Mon but est toujours le même : invoquer le passé comme un bouclier pour l'avenir, pour montrer le monde invisible d'hier et, à travers lui, peut-être sur lui, ériger un monde moral où les hommes ne sont pas des victimes et où les enfants ne meurent jamais de faim et ne fuient jamais dans la peur. »[3] Comme le souligne Aikman, la grandeur de Wiesel se trouve dans la vertu du souvenir. Wiesel est l’auteur de plus de quarante livres, dont le plus connu est Night, ses mémoires qui décrivent ses expériences pendant l'Holocauste et son emprisonnement dans plusieurs camps de concentration.[4]
Dans le cas de Wiesel, il utilise le souvenir des horreurs de la méchanceté nazie comme un garde-fou pour ne pas répéter ce genre d'atrocités aujourd'hui. De la même manière, en racontant dans nos familles les histoires de provision divine, d'instruction, de protection et de victoires passées, nous créons des garde-fous pour protéger notre famille de la dérive de sa mission initiale et ériger un héritage familial missionnel de service envers Dieu et envers notre prochain.
Pas concret : Avoir l'intention délibérée d'organiser des moments en famille pour la conversation et la célébration qui rassemblent plusieurs générations. Cela ne doit pas seulement être fait avec votre famille biologique, mais aussi avec votre famille missionnaire élargie. Donnez l'opportunité aux tantes, oncles et grands-parents spirituels de partager avec vos enfants et de témoigner de la grandeur et de la bonté de Dieu. Ces moments de partage créent une identité familiale et une affinité avec ceux qui qui nous ont précédés, et avec ceux qui porteront l'ADN spirituel de la famille dans le futur.

Conclusion
« Comment créer au mieux des héritages familiaux missionnels multigénérationnels » traite de la façon dont nous avons, en tant que parents missionnaires, transmis le cœur et les valeurs missionnelles de Dieu à nos enfants, petits-enfants et ainsi de suite. Dans un message exhortant Jeunesse en mission à rester fidèle à sa mission initiale, Darlene Cunningham, a défini un aspect non négociable de JEM : « L'alliance des vagues, des jeunes gens de toutes les nations, allant dans toutes les nations, faisant des choses nouvelles. Nous accueillons les jeunes et faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour les équiper et les libérer dans leur destinée en Dieu. »[5]
Quand on y pense, c'est l'appel de tout parent chrétien, en particulier de ceux qui comprennent le cœur missionnel de Dieu. Les parents sont appelés à devenir les champions de leurs enfants et à faire tout ce qu'ils peuvent pour les équiper et les libérer dans leur destinée en Dieu.
Nous ne pouvons pas rester passifs à ce sujet, mais nous devons être intentionnels lorsque nous encourageons nos enfants et nos petits-enfants dans leur destinée en Dieu. Il nous a appelés pour éduquer des enfants qui le suivront de tout leur cœur. Il nous a appelés à susciter une génération qui va changer le monde.
Comme le dit le Psalmiste : « Voici, des fils sont un héritage de l'Éternel, le fruit des entrailles est une récompense. Comme les flèches dans la main d'un guerrier, ainsi sont les fils de la jeunesse. Heureux l'homme qui en a rempli son carquois! Ils ne seront pas confus, quand ils parleront avec des ennemis à la porte. »[6]
Si notre but n’est que de ne survivre à la parentalité, ou juste que nos enfants ne s’en sortent pas trop mal, nous ratons la cible. Si nous visons bas, nous toucherons bas. Dieu nous appelle à viser plus haut. Nos enfants ne sont pas un boulet, ce que le monde essaie parfois de nous faire croire. Ils sont des cadeaux que Dieu nous a donnés. Ce sont des dons qui nous sont confiés pour que nous les aimions, les servions, les formions et les envoyions comme des flèches dans la destinée que Dieu leur a préparée.


[1] 2 Timothée 1:5-7.
[2] Proverbes 22:6 (paraphrase).
[3] David Aikman, Great Souls: Six Who Changed a Century, Réimpression (Lanham, MD: Lexington Books, 2002), p. 309.
[4] Elie Wiesel, Night, traduit par Marion Wiesel, edition révisée (New York, NY: Hill and Wang, 2006).
[5] Cunningham, « YWAM Mission True, » cours.
[6] Psaume 127:3-5.