dimanche 28 janvier 2018

Thèse de Guy 23


Mel Tari et le réveil de Timor


Dieu a choisi de se révéler à de pauvres enfants dans des lieux retirés. Nous lisons des histoires similaires dans le livre de Mel Tari, Comme un souffle violent.[1] En 1965, Dieu a commencé à répandre souverainement son Esprit dans une petite ville sur l’île de Timor, dans l’archipel indonésien. Des équipes laïques d’évangélisation ont été formées et ont commencé à sillonner Timor et les îles voisines en proclamant l’Evangile, guérissant les malades et ressuscitant les morts. Mel Tari, un des leaders de ce réveil, consacre un chapitre de son livre au ministère des enfants – pas au ministère auprès des enfants, mais aux récits des équipes d’enfants allant prêcher et prier pour les gens:


Lorsque nos équipes ont commencé à partir de Soe, nous avions huit groupes d’enfants. Il y en avait huit à dix dans chaque groupe. Et l’âge des enfants allait de six à dix ans. Nous les appelions nos équipes d’enfants. …

A partir de quatre heures jusqu’à six heures chaque après-midi, du lundi au vendredi, ces enfants, au lieu de jouer comme la plupart des petits bambins, se retrouvaient dans des réunions de prière – ils priaient non seulement pour les autres, tout autour d’eux, mais pour le monde entier. Et ils prenaient les sujets tellement à cœur qu’ils en pleuraient …[2]


Les samedi, … une équipe d’enfants se mettait en route pour un village voisin. Voisin pouvait signifier n’importe où entre huit et vingt-cinq kilomètres à travers la jungle. Et cela chaque semaine. Aucun adulte ne les accompagnait. Je leur ai demandé une fois s’ils avaient peur.  

«Pourquoi aurions-nous peur, frère Mel?» m’ont-ils répondu. «Il y a toujours un ange qui nous précède, un autre à notre droite, un autre à notre gauche et un autre derrière nous. Nous nous contentons de les suivre sur les sentiers, et ils nous protègent.»[3]


Il semble que Dieu ait donné à nos équipes d’enfants un ministère particulier. Les gens disaient: «Dieu les a vraiment oints.» Ou: «Ils sont tellement sincères dans ce qu’ils partagent.» Et quand ils priaient et plaçaient leurs petites mains sur les têtes des adultes, l’impact de leurs prières est difficile à décrire par des mots. Beaucoup ont été guéris par leur ministère.»[4]


Que certaines des descriptions dans le livre de Tari soient correctes ou non, il y a des fortes évidences que quelque chose d’inhabituel s’est passé. Le presbytère de l’église Réformée de Timor a enregistré 80'000 conversions lors de la première année du réveil, la moitié étant d’anciens communistes. Ils ont également noté que 15'000 personnes ont été guéries de manière permanente cette année-là. Après trois ans, le nombre de convertis a atteint plus de 200'000. Pendant ces trois années, plus de deux cent équipes d’évangélisation ont été formées. Sur une autre île, où il n’y avait jusque là que très peu de chrétiens, 20'000 personnes sont devenues croyantes pendant les trois premières années du réveil.[5]




[1]. Mel Tari, Comme un souffle violent (Editions Foi et Victoire, 1988).

[2]. Ibid., p. 46.

[3]. Ibid., pp. 46-47.

[4]. Ibid., p. 49.


[5]. Diane R., «The Indonesian Revival,» Crossroads: Where faith and inquiry meet blog, consulté le 18 décembre 2014, http://fcov.blogspot.ch/2005/07/indonesian-revival.html.