mardi 14 novembre 2017

Thèse de Guy 3

Voici la suite de la thèse de Guy, avec la suite du chapitre sur les enfants dans la Bible... Bonne lecture! 

Deux exemples: Ezéchias et David
Dans son livre Influencing Children to Become World Changers, Joy Dawson met en contraste deux leaders importants de la Bible dans leur approche de leur redevabilité et de leur responsabilité envers la génération qui allait leur succéder.
Le roi Ezéchias a été utilisé par Dieu pour amener une réforme. Après une grave maladie, Dieu a ajouté quinze années à sa vie. Par le prophète Esaïe, Dieu lui a donné une parole indiquant que certains de ses fils seraient emmenés captifs à Babylone. Ezéchias répondit à Esaïe: «La parole de l'Eternel, que tu viens de dire, est bonne.» Il ajouta: «N'y aura-t-il pas paix et sécurité pendant ma vie?»[1]
Joy Dawson commente la réaction d’Ezéchias:
La réaction du roi Ezéchias à cette annonce prophétique solennelle est étonnamment apathique, vu la façon dont il a vu Dieu agir puissamment pendant son leadership. Elle révèle également un manque total d’ambition spirituelle pour la génération qui le suit … Le manque de préoccupation d’Ezéchias, et le manque de préparation de la prochaine génération qui en découle a sans doute contribué au fait que son fils et successeur, Manassé, a manifesté un dédain évident pour les choses de Dieu et a dirigé la nation en fonction de cela … Nos jeunes sont les leaders de demain. Prenons au sérieux notre redevabilité envers Dieu et notre responsabilité envers les jeunes de constamment les influencer de telle sorte qu’ils soient prêts à conduire leur génération dans la crainte du Seigneur et dans les voies de Dieu.[2]

Au contraire, le roi David a constamment démontré une forte ambition spirituelle pour la génération qui le suivait. Dans le Psaume 22:30-31, il a déclaré avec confiance que «leur descendance le servira, on parlera du Seigneur à la génération future.»[3] Il va même plus loin dans un autre Psaume:
J’ouvre la bouche pour parler en paraboles, j’annonce la sagesse du passé. Ce que nous avons entendu, ce que nous savons, ce que nos pères nous ont raconté, nous ne le cacherons pas à leurs enfants; nous redirons à la génération future les louanges de l’Eternel, sa puissance et les merveilles qu’il a accomplies. Il a établi un témoignage en Jacob, il a mis une loi en Israël, et il a ordonné à nos ancêtres de l’enseigner à leurs enfants pour que la génération future, celle des enfants à naître, la connaisse, et que, devenus grands, ils en parlent à leurs enfants. Ainsi, ils mettraient leur confiance en Dieu, ils n’oublieraient pas la manière d’agir de Dieu et respecteraient ses commandements. Ainsi, ils ne seraient pas comme leurs ancêtres: une génération désobéissante et rebelle, une génération dont le cœur était inconstant et dont l’esprit n’était pas fidèle à Dieu.[4]

Ecoutons la forte exhortation de David à son fils Salomon, qui va lui succéder.
Quant à toi, Salomon, mon fils, connais le Dieu de ton père et sers-le avec un cœur sans réserve et un esprit bien disposé, car l'Eternel examine tous les cœurs et discerne toutes leurs intentions. Si tu le cherches, il se laissera trouver par toi, mais si tu l'abandonnes, il te rejettera pour toujours.[5]

Puis David a donné généreusement de ses propres ressources financières et a exhorté les autres à faire de même.[6] Le roi a aussi compris la priorité d’une intercession fervente pour la prochaine génération.[7]
Joy Dawson conclut:
Maintenant, examinons nos vies à la lumière de ce que nous avons vu dans la vie de ces deux leaders spirituels. Evaluons, en toute honnêteté, où nous nous situons dans notre implication envers les générations futures. Les enseignons-nous et les encourageons-nous, en donnant de nos ressources pour les aider et en priant pour eux fréquemment avec ferveur? Si c’est le cas, nous vivons probablement déjà une réelle mesure d’accomplissement. Si ce n’est pas le cas, il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour décider de re-prioriser notre implication, nos ressources et nos vies de prière en leur faveur.[8]

Le cœur de Dieu pour les enfants dans l’Ancien Testament
Nous trouvons de nombreux passages dans la Bible qui décrivent le cœur de Dieu pour les enfants. Que ce soient des exhortations à prendre soin des orphelins[9] ou des avertissements pour ceux qui ne le font pas,[10] des conseils pour l’éducation des enfants[11] ou des exemples de conséquences quand nous la négligeons,[12] des promesses de bénédiction liées aux enfants,[13] des exemples d’enfants et d’adolescents qui suivent le Seigneur (Samuel, David, Jérémie, Daniel et ses amis, la petite servante de Naaman…), le cœur de Dieu vibre pour les enfants et leur éducation est une question sérieuse à ses yeux.
Il souligne à plusieurs reprises qu’il a planifié et créé chaque enfant et qu’il a un projet pour chacun d’entre eux.[14]
Pourtant, le docteur Ken White du Mouvement de la Théologie de l’Enfant fait aussi remarquer que les enfants sont les premiers à souffrir quand le péché, la guerre et la famine affectent une tribu ou une ville.[15] Dieu nous exhorte à ce sujet dans Lamentations 2:19:
Lève-toi, crie ta détresse dans la nuit, au début de tes insomnies! Déverse ton cœur comme de l'eau devant le Seigneur! Lève tes mains vers lui pour la vie de tes enfants qui meurent de faim à tous les coins de rue!

Nous lisons aussi dans Genèse 21:17 que Dieu entend le cris des enfants qui souffrent et qui meurent. Une partie de la souffrance des enfants était causée par la propre idolâtrie d’Israël, les gens commençant à faire passer leurs fils et leurs filles «par le feu,»[16] caractéristique du culte de Moloch, une des raisons pour lesquelles Dieu avait supprimé les anciens habitants du pays.
L’Ancien Testament se termine par une promesse de salut, par le prophète Elie, soulignant qu’il «ramènera le cœur des pères vers leurs enfants et le cœur des enfants vers leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays de destruction.»[17] Cette prophétie annonce que la prédication d’Elie aurait un impact extraordinaire sur la relation entre les pères et leurs fils, entre les générations, touchant au cœur même du défi du transfert générationnel et de la possession du pays, amenant la bénédiction de Dieu et le développement de la nation sur le long-terme.
Bien sûr, nous comprenons maintenant que le prophète annonçait la venue de Jean-Baptiste, l’Elie qui devait venir,[18] qui lui-même préparait le chemin  pour Jésus, Dieu le Fils venant sur terre comme un enfant. 

[1]. 2 Rois 20:19. 
[2]. Joy Dawson, Influencing Children to Become World Changers (Nashville, TN: Thomas Nelson, Inc., 2003), pp. 14-15. 
[3]. Psaume 22:30-31. 
[4]. Psaume 78:2-8.
[5]. 1 Chroniques 28:9. 
[6]. 1 Chroniques 29:3, 17. 
[7]. 1 Chroniques 29:18b, 19.
[8]. Dawson, Influencing Children to Become World Changers, pp. 16-17. 
[9]. Deutéronome 10:18, 14:29, 24:17-21, 26:12-13; Psaume 82:3; Esaïe 1:17 – En fait, il prend soin lui-même des orphelins: Psaume 10:14, 18, 146:9; Jérémie 49:11, Osée 14:3. 
[10]. Exode 22:22; Deutéronome 27:19; Proverbe 23:10; Esaïe 1:23, 9:17, 10:2; Jérémie 5:28, 7:6, 22:3; Ezéchiel 22:7; Zacharie 7:10; Malachie 3:5. 
[11]. Proverbe 13:24, 19:18, 22:6, 15, 23:13, 14, 29:15, 17. 
[12]. 1 Samuel 2:29, 3:13; 1 Rois 1:6.
[13]. Psaume 127:3-5; Esaïe 54:13; Malachie 2:15. 
[14]. Psaume 139:13-16; Esaïe 49:1; Jérémie 1:5. 
[15]. Keith J. White, «A Little Child Will Lead Them,» Child Theology Movement, consulté le 13 novembre 2014, http://www.childtheology.org. 
[16]. Lévitique 18:21; 2 Rois 16:3, 23:10 et Jérémie 32:35. 
[17]. Malachie 4:6.
[18]. Luc 1:16; Matthieu 11:3.