samedi 22 septembre 2018

Comment créer un héritage familial missionnel et multigénérationnel (3)


Histoire et arrière-plan
Le problème est vieux comme l’humanité. Depuis Adam, nous voyons une rupture constante de l’héritage familial missionnel. Même si les instructions divines nous demandant de transmettre notre foi à la génération suivante sont claires, je n’ai été capable de trouver que deux exemples dans l’Ancien Testament (AT) et un dans le Nouveau Testament (NT). Dans l’AT, nous avons l’héritage de foi bien connu d’Abraham, Isaac, Jacob et Joseph.
C'est par la foi qu'Abraham offrit Isaac, lorsqu'il fut mis à l'épreuve, et qu'il offrit son fils unique, lui qui avait reçu les promesses, à qui il avait été dit: En Isaac sera nommée pour toi une postérité. Il pensait que Dieu est puissant, même pour ressusciter les morts; aussi le recouvra-t-il par une sorte de résurrection.
C'est par la foi qu'Isaac bénit Jacob et Ésaü, en vue des choses à venir. C'est par la foi que Jacob mourant bénit chacun des fils de Joseph, et qu'il adora, appuyé sur l'extrémité de son bâton. C'est par la foi que Joseph mourant fit mention de la sortie des fils d'Israël, et qu'il donna des ordres au sujet de ses os.[1]
De plus, nous avons l’exemple de l’héritage familial sacerdotal d’Aaron, de son fils Eléazar et de son petit-fils Phinées. « Phinées, fils d'Éléazar, fils du sacrificateur Aaron, a détourné ma fureur de dessus les enfants d'Israël, parce qu'il a été animé de mon zèle au milieu d'eux; et je n'ai point, dans ma colère, consumé les enfants d'Israël. »[2] « Ils s'attachèrent à Baal Peor, et mangèrent des victimes sacrifiées aux morts. Ils irritèrent l'Éternel par leurs actions, et une plaie fit irruption parmi eux. Phinées se leva pour intervenir, et la plaie s'arrêta; cela lui fut imputé à justice, de génération en génération pour toujours. »[3] Dans le NT, il y a Timothée, sa mère Eunice et sa grand-mère Loïs.[4] On pourrait penser qu’il y en a d’autres, mais je n’ai pas pu en trouver.
Même l’histoire de l’Église moderne reste avare d’exemples. Certains d’entre nous connaissent un enfant de missionnaire (EM) ou de pasteur (EP) qui suit les traces de ses parents, mais bien trop souvent nous rencontrons des EM ou EP qui ne démontrent qu’une foi chrétienne médiocre, ou même dans certains cas qui ont quitté la foi de leurs parents. Est-ce parce que notre société est plus prompte à parler des mauvaises nouvelles que des bonnes, ou les statistiques reflètent-elles réellement cette perception ?
En 2012, le groupe de recherche George Barna a conduit une enquête auprès d’un échantillon de 603 pasteurs principaux d’églises protestantes dans tous les États-Unis. Des questions liées à leur rôle de parent ont été posées aux 456 pasteurs ayant des enfants de 15 ans ou plus. La marge d’erreur maximum d’échantillonnage associée à une taille d’enquête de 456 est de ± 4.5 points de pourcentage à un niveau de 95 pour cent de confiance. Dans cette enquête, le chercheur Ken Kinnaman déclare :
Quand on en arrive aux enfants du clergé, les stéréotypes abondent. Premièrement, il y a l’enfant-modèle, qui vit selon les règles et marche dans les pas de son ministre de parent. Dans de nombreuses églises, c’est une attente autant qu’un stéréotype. Cependant, le stéréotype dominant de l’enfant de pasteur est peut-être le fils prodigue – l’enfant qui claque la porte, le rebelle qui a quitté la foi, le rétrograde, qui préfère vivre sa vie de son côté plutôt que rester à l’ombre du clocher.[5]
Que montrent les résultats de l’enquête ? Les pasteurs ayant des enfants de 15 ans ou plus sont d’accord avec les affirmations suivantes concernant leurs enfants :
-       40% ont passé par une période où ils ont sérieusement remis leur foi en question.
-       33% ne sont actifs dans l’église
-       7% ne se considèrent plus comme chrétiens.[6]
La bonne nouvelle est que, en procédant par élimination, 60% se considèrent comme chrétiens et sont actifs dans leur église, mais qu’en est-il des autres 40% ? Pourquoi se sont-ils éloignés, pourquoi ne suivent-ils pas Dieu activement, et que pouvons-nous faire pour ne pas que cela se produise dans nos familles ?
Qu’en est-il des enfants de missionnaires ? Je n’ai pas réussi à trouver de statistiques officielles en général, mais Robin Marie Ketzman, dans sa dissertation en anglais, L’EM perdu. Une étude qualitative explorant le choix de certains adultes enfants de missionnaires de quitter la foi de leurs parents déclare : « On estime qu’en 1995 il y avait 300'000 adultes enfants de missionnaires vivant aux États-Unis. »[7] Cependant, même je ne peux pas indépendamment vérifier le chiffre de Keitzman, il indique une large population d’individus uniques et cela vaudrait la peine de le prendre en considération et de l’évaluer.
Dans sa dissertation, Kietzman examine l’expérience de seize adultes enfants de missionnaires (AEM) qui ont affirmé avoir quitté la foi de leurs parents et qui être prêts à parler de leur expérience d’EM. Les seize participants avaient en moyenne 47 ans, venaient de 13 missions évangéliques et ont vécu sur trois continents différents. Dans son étude, trois tendances émergent.
« La première était un désengagement bénin ou une négligence passive des enfants de la part des parents. La seconde était l’effet de facteurs de stress importants sur l’EM, tel que des déménagements fréquents, le stress lié à l’école, des traumatismes globaux liés au pays hôte, et des traumatismes plus personnels comme des décès dans la famille ou des abus. La troisième décrit des incongruités ou des questions soulevées par leurs expériences. »[8] Ces incongruités comprennent trois domaines :
a.     L’inconsistance entre l’expérience du participant de l’engagement de ses parents envers son ministère aux dépens du bien-être des enfants. Cela a suscité des questions sur l’amour de Dieu et son intérêt réel pour les enfants, qi se sont sentis abandonnés.
b.     L’inconsistance suscitée par le sentiment d’être jugé par la mission ou l’église plus large. Ils ont ressenti la pression de devoir se conformer aux attentes des autres, tout en n’étant souvent pas écouté ou pris en compte. Ils expriment cela comme étant le résultat de ne pas pouvoir questionner leurs croyances, et même d’être punis s’ils le faisaient. Cela a finalement évolué en ressentiment et en colère envers Dieu.
c.      Les participants ont lutté avec la disparité entre les pays d’origine et les pays hôtes, principalement au niveau des standards économiques. Cela a créé une certaine tension intérieure pour les EM pour réconcilier leur vision du monde chrétienne familiale avec ce qu’ils vivaient dans leur quotidien.[9]
Faisant référence aux enfants de troisième culture (ETC) et au EM en particulier, Pollock et Van Reken (1999) ont identifié deux réalités principales de la vie missionnaire qui affectent les EM : l’éducation transculturelle et la grande mobilité de la famille.[10]
En réponse au niveau élevé de stress souvent occasionné dans la famille missionnaire et à la connexion directe avec l’engagement des parents dans la mission en obéissance à la volonté de Dieu, l’EM peut attribuer son stress émotionnel et sa lutte intérieure à Dieu. Dans son étude, Van Reken déclare : « .... quand un enfant de militaire peut blâmer l’officier en charge commandant pour toute expérience négative, quand un enfant d’homme d’affaire peut blâmer le PDG de la compagnie.... qui reste-t-il à blâmer en fin de compte pour un enfant de missionnaire à part Dieu ? Pour les EM, Dieu et le système ne font qu'un. »[11]

Observation personnelle
Dans le passé, et même dans certains secteurs aujourd’hui, on pensait que seul l’homme était appelé au ministère. La femme et les enfants n’étaient impliqués dans le ministère qu’en raison de l’appel de l’homme. Cela a entraîné une participation de la femme que dans le modèle de l’épouse soumise qui suit et sert son mari dans le ministère. Dans cette vision des choses, le rôle de la femme était premièrement cantonné aux devoirs du foyer et à l’éducation des enfants.
Il est bien sûr vrai que les rôles de mère et de maîtresse de maison constituent un appel élevé et ont une grande valeur. Ce rôle ne devrait pas être perçu comme inférieur en quoi que ce soit. Le problème consiste plus dans l’exclusion de participation de la mère et des enfants à l’appel, au ministère et au service. Tandis que l’homme est à l’extérieur accomplissant l’appel sur sa vie, dans de nombreux cas le reste de la famille a été relégué à n’expérimenter que frustration et souffrance en subissant son appel.
Je crois que pour certaines familles, cette départementalisation a entraîné des blessures émotionnelles et sociales chez l’enfant, qui ont conduit à une orientation négative envers Dieu, son église et sa mission. Comme vous pouvez le voir, nous avons un problème. Comment pouvons-nous prévenir la perte des EM et EP et comment pouvons-nous au mieux favoriser la transmission d’héritages missionnels multigénérationnels ?


[1] Hébreux 11:17-22
[2] Nombres 25:11
[3] Psaume 106:28-31
[4] 2 Timothée 1:5
[5] David Kinnaman, « Prodigal Pastor Kids : Fact or Fiction ? », Barna Family Update, consulté le 8 juin 2015, https://www.barna.org/barna-update/family-kids/644-prodigal-pastor-kids-fact-or-fiction#.VXX1s-uKzwz.
[6] Ibid.
[7]  Robin M. Kietzman et al., “The Lost MK: A Qualitative Study Exploring the Choice of Some Adult
Missionary Kids to Leave Their Parents’ Faith,” Missiology 36, no. 4, (1 October 2008), pp. 457–73.
[8] Ibid.
[9] Ibid.
[10] Van Reken, R, "Healing the Wounded Among Adult MKs". The Evangelical Missions Quarterly , (1995),
31(4), pp. 428-435.
[11] Ibid., p. 432.

jeudi 20 septembre 2018

JEM en Légos / YWAM with Legos

Voici une petite vidéo sympa faite par des enfants qui explique la vision de JEM aux enfants, passée lors de notre dernière conférence en Thaïlande.

Here is a great video made by kids that explains the YWAM vision to children, discovered during our last conference in Thailand.

mercredi 19 septembre 2018

Joële, Noémie et Anne-Marie au petit-déjeuner contact / Joële, Noémie and Anne-Marie at a women's breakfast

Joële, Noémie et Anne-Marie, la maman de Guy, ont parlé ce matin au petit-déjeuner contact féminin d'Estavayer, sur le thème: "Ma belle-maman, ma fille et moi: Que du bonheur?" Un temps super et des échos très encourageants.

Joële, Noémie and Anne-Marie, Guy's mom, shared this morning at a women's breakfast in Estavayer on the theme: "My mother-in-law, my daugther and me: Just fun?" A great time and very encouraging feedbacks.
 

mardi 18 septembre 2018

Comment créer un héritage familial missionnel et multigénérationnel (2)


Le point de vue de Dieu
De la Genèse à l’Apocalypse, nous retrouvons constamment l’appel de Dieu à être féconds et à multiplier. Avant que le premier péché ait été commis, avant que la désobéissance de l’homme n’ouvre la porte à la malédiction sur toute la création, le mandat de Dieu pour Adam et Ève était : « Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre et soumettez-la. »[1]
C’est le désir de Dieu que la foi et une mentalité missionnelle centrée sur le royaume de Dieu soit transmise de génération en génération. Le livre du Deutéronome constitue un modèle qui nous montre les intentions de Dieu pour la société. Décrivant la sphère de la famille, Deutéronome 6:1-2 déclare : « Voici les commandements, les lois et les ordonnances que l'Éternel, votre Dieu, a commandé de vous enseigner, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays dont vous allez prendre possession; afin que tu craignes l'Éternel, ton Dieu, en observant, tous les jours de ta vie, toi, ton fils, et le fils de ton fils, toutes ses lois et tous ses commandements que je te prescris, et afin que tes jours soient prolongés. »
Dieu ne voit pas le discipulat de notre propre famille comme un événement unique ou comme quelque chose que nous pouvons déléguer. Il ne veut pas que nous adoptions une posture passive dans l’éducation de nos enfants. Alors que Dieu continue à donner ses instructions, écoutez le ton et l’urgence de son commandement. « Tu les inculqueras à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. »[2] Ce n’est pas quelque chose qui peut être accompli simplement en envoyant nos enfants à l’école du dimanche ou en faisant un culte de famille occasionnel ensemble. Il demande à son peuple d’être des parents intentionnels et proactifs, et de communiquer les principes de son Royaume au travers de tout ce que nous faisons.
Alors que Dieu donnait à Moïse et au peuple d’Israël le modèle pour former une société, son intention était d’établir une alliance multigénérationnelle. Nous trouvons un exemple de ceci quand nous voyons les vies d’Abraham, d’Isaac, de Jacob et de Joseph, un héritage de quatre générations. Malheureusement, cet héritage s’est arrêté à Joseph.
Avant de détruire Sodome, Dieu déclare en parlant d’Abraham quelque chose de significatif : « Cacherai-je à Abraham ce que je vais faire ? Abraham deviendra certainement une nation grande et puissante, et en lui seront bénies toutes les nations de la terre. Car je l'ai choisi, afin qu'il ordonne à ses fils et à sa maison après lui de garder la voie de l'Éternel, en pratiquant la droiture et la justice, et qu'ainsi l'Éternel accomplisse en faveur d'Abraham les promesses qu'il lui a faites... »[3] Cette prophétie nous montre qu’Abraham a été choisi pour conduire non seulement son fils, mais sa famille après lui, à garder la voie de l’Éternel et à faire ce qui droit et juste.
Dieu mandate Abraham en tant que patriarche de sa famille pour enseigner à ses enfants, à leurs conjoints et à ses petits-enfants ses voies et ses principes. Le fait d’être choisi pour conduire indique une intentionnalité de la part d’Abraham de transmettre les valeurs et la vérité divine aux générations qui allaient le suivre.
Dieu déclare prophétiquement par le roi David : « Que chaque génération célèbre tes œuvres, et publie tes hauts faits! Je dirai la splendeur glorieuse de ta majesté; je chanterai tes merveilles. On parlera de ta puissance redoutable, et je raconterai ta grandeur. Qu'on proclame le souvenir de ton immense bonté, et qu'on célèbre ta justice! »[4]
Dans le Nouveau Testament, nous voyons que la mission de Jésus consistait à reprendre ce que le premier homme avait perdu par sa désobéissance. Cela comprend entre autres le mandat de Dieu envers sa famille. Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. »[5] Jésus a réaffirmé ce mandat dans l’évangile de Jean en déclarant : « Ce n'est pas vous qui m'avez choisi; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne. Ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres. »[6]
Lorsqu’il donne des instructions touchant au cœur de Dieu pour les familles, l’apôtre Paul exhorte :
C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ce mystère est grand; je dis cela par rapport à Christ et à l'Église. Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari.
Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère (c'est le premier commandement avec une promesse), afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. Et vous, pères, n'irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur.[7]
Ces passages font écho au mandat de la Genèse concernant les familles et au cœur de Dieu pour une continuité multigénérationnelle de sa vision et de ses valeurs pour la famille. Dès la création, Dieu place clairement la sphère de la famille au centre duquel découlent toutes les autres sphères. Dans nos foyers, en tant que parents, nous devons créer une culture qui reflète la vision, le cœur et les valeurs du royaume de Dieu. Bien que d’autres puissent avoir une influence en façonnant la vision du monde de nos enfants, en tant que parents nous ne pouvons pas abdiquer cette responsabilité.
Nous avons tous entendu cette exhortation : « Instruis l'enfant selon la voie qu'il doit suivre; et quand il sera vieux, il ne s'en détournera pas. »[8] En anglais, la traduction New Living donne un éclairage frais sur ce verset bien connu : « Dirige tes enfants sur le bon chemin, et quand ils seront vieux ils ne le quitteront pas. »[9] Il est vrai que nos enfants bénéficient du libre arbitre et vont faire leurs propres choix, mais en tant que parents et grands-parents, nous avons une place d’influence extraordinaire. C’est non seulement le cœur de Dieu, mais c’est son plan de voir les parents transmettre ses valeurs et diriger leurs enfants du chemin spécifique pour vivre son Royaume dans leurs vies.


[1] Genèse 1:28a
[2] Deutéronome 6:7
[3] Genèse 18:17-19
[4] Psaume 145:4-7
[5] Genèse 1:28
[6] Jean 15:16-17
[7] Éphésiens 5:31 – 6:4
[8] Proverbes 22:6
[9] Proverbes 2:6, New Living Translation

lundi 17 septembre 2018

Joële, Christopher, Maé et Noam au cirque Knie / Joële, Christopher, Maé and Noam at Knie circus

Joële, Christopher, Maé et Noam sont allés au cirque Knie à Yverdon cet après-midi. Un moment "magique" avec des artistes tellement doués et créatifs (acrobates, contorsionniste, dresseur de chevaux...). Les enfants sont rentrés avec des étoiles dans les yeux.

Joële, Christopher, Maé et Noam  went to circus Knie in Yverdon this afternoon. A "magic" moment with such gifted and creative artists (acrobats, contorsionists, horse training...) The kids came home with sparkles in the eyes.

dimanche 16 septembre 2018

Journée à Vallorbe / Day in Vallorbe

Sortie sympa en famille aujourd'hui à Vallorbe pour visiter le musée du fer et du chemin de fer, pic-nic dans la nature et visite du fort de Pré-Giroud de la deuxième guerre mondiale.

Great family outing today in Vallorbe to visit the museum of iron and railways, pic nic in the forest and visit of Pré-Giroud Fort from World War II.

vendredi 14 septembre 2018

Comment créer un héritage familial missionnel et multigénérationnel (1)

Nous commençons aujourd'hui une série intitulée: "Comment créer un héritage familial missionnel et multigénérationnel." Il s'agit de la thèse de Master d'un collègue de Guy, Richard Tracy, qui sert avec JEM au Panama. Sa question est: Comment pouvons-nous sortir d'une vision défaitiste, voire fataliste, du style: "On verra bien..." ou "De toute façon ils feront leurs propres choix..." et que pouvons-nous mettre en place dans notre famille pour favoriser la transmission générationnelle non seulement de notre foi, mais aussi de notre vision et de notre appel.
Bien sûr, nos enfants feront leurs propres choix. Mais une partie de leurs choix seront influencés par les choix que nous aurons fait. Oui, mon ambition, mon rêve, c'est que ma famille connaisse, aime et serve le Seigneur sur plusieurs générations. Oui, si cela se passe, ce sera pure grâce de Dieu. Mais la thèse de Richard, bien qu'écrite spécifiquement pour des familles missionnaires ou pastorales, nous donne des clés qui seront utiles dans chacun de nos contextes.


Introduction
Cela fait maintenant plus de vingt-cinq ans que je suis impliqué dans le ministère comme missionnaire dans une autre culture. J’ai lu d’innombrables ouvrages concernant la mission et le ministère. J’ai étudié l’histoire de l’église tant passée qu’actuelle. Je découvre régulièrement des individus incroyables qui ont impacté leur génération par une transformation biblique. Malheureusement, dans de nombreux cas, cet impact s’est éteint à la mort de ces individus.
Nous ne voyons pas le problème que dans l’histoire de l’Église, mais lorsqu’il s’agit de trouver des exemples d’impact familial missionnaire multigénérationnel, le récit biblique lui-même semble muet. Dans la plupart des cas, les enfants de certains héros bibliques très appréciés se sont non seulement éloignés du sentier de leurs parents, mais ils ont aussi miné et détruit les valeurs et la transformation que leurs parents avaient promus et apportés.
De plus, nous connaissons tous trop de situation où les enfants de ceux qui sont dans le ministère ne suivent pas l’exemple de leurs parents et ont parfois même abandonné leur foi familiale. J’aimerais suggérer au lecteur que ce n’est pas le cœur de Dieu. Ce n’est pas son plan. Nous ne sommes pas esclaves de la chance ou laissés comme spectateurs impuissants des choix de nos enfants.
La Bible démontre que c’est clairement le cœur de Dieu d’étendre sa relation et son appel de génération en génération. Il ne souhaite pas que sa bénédiction et sa faveur meurent avec un individu. Son intention est plutôt qu’il y ait une relation d’alliance multigénérationnelle, qui va refléter qui il est et toucher les sphères de la société de génération en génération.
Alors que j’encourage les jeunes et les familles à s’engager dans la mission, je réalise qu’il y a un grand dysfonctionnement et une confusion dans la façon dont Dieu appelle les familles, et dont il agit dans les familles et à travers elles. Cela génère souvent des blessures dans les familles qui amènent les enfants à ne pas saisir le flambeau de l’appel missionnaire du Seigneur sur leurs propres vies.
Notre famille est le fruit de trois générations de service missionnaire de mon côté de la famille et de cinq générations du côté de la famille de mon épouse. Cela comprend nos enfants adultes, qui servent Dieu et marchent dans la direction de leur appel. Pour cette raison, il me semble avoir quelque légitimité pour écrire sur ce thème.
Mon désir est de laisser à mes enfants, mes petits-enfants et à d’autres des principes clés à appliquer dans leur propre cheminement missionnaire. Cela comprend, même si cela ne se limite pas à ça, l’écoute de la voix de Dieu, la façon de transmettre le cœur et les valeurs de Dieu à leurs enfants, et de recevoir et d’appliquer la sagesse pour franchir les obstacles qu’ils vont rencontrer dans leur vie.
Dans ce document, je souhaite découvrir le cœur, le dessein et l’appel de Dieu pour les familles. Je désire explorer les raisons pour lesquelles, si souvent, le manteau et l’appel missionnaire ne sont pas transmis à la génération suivante. Par une recherche attentive de la vérité biblique, un sondage et les leçons apprises par les expériences de ma famille et d’autres, j’espère montrer au lecteur que Dieu nous a donné des clés qui, si elles sont appliquées, aideront les familles à créer un héritage missionnel multigénérationnel et durable.
Tout au long de ce document, je vais utiliser le terme « missionnel. » Il est important que le lecteur comprenne que par ce « terme, » je ne fais pas exclusivement référence à une carrière pastorale ou missionnaire traditionnelle dans l’Église.
Une compréhension correcte du terme missionnel commence par une redécouverte de la compréhension missionnaire de Dieu. Par sa nature-même, Dieu est un « envoyé » qui prend l’initiative de racheter sa création. Cette doctrine, connue comme la missio Dei – l’envoi de Dieu – amène beaucoup de gens à redéfinir leur compréhension de l’Église. Comme nous sommes le peuple « envoyé » de Dieu, l’Église est l’instrument de la mission de Dieu dans le monde.[1]
L’Église dans sa forme la plus pure n’est pas une institution. Si vous êtes disciples de Jésus, vous êtes l’Église. J’aimerais que le lecteur comprenne qu’être missionnel signifie avoir une compréhension du fait que nous sommes des agents de réconciliation de Dieu pour le monde. Cela peut et doit s’appliquer à chaque sphère de la société, et cela n’est pas déterminé par la façon dont on gagne sa vie. Par exemple, cela signifie que lorsqu’une personne avec cet pensée missionnelle entre intentionnellement dans la sphère de l’économie et des affaires comme un agent de transformation représentant le royaume de Dieu, elle est une authentique missionnaire.


[1] Alan Hirsh, « Defining Missional, » Christianity Today, Leadership Journal, 2008, http://www. Christianitytoday.com/le/2008/fall/17.20.html.

jeudi 13 septembre 2018

Guy reprend du service aux Editions JEM / Guy's back at YWAM Publishing

Après trois ans d'absence pendant nos voyages, Guy est de retour dans le comité des éditions JEM. Nous nous sommes vus lundi, et les projets sentent bon la vie!

After a three-year leave during our trips, Guy is back in the comitee of french speaking YWAM Publishing. We met on Monday, and many things are encouraging!
 

mardi 11 septembre 2018

Petit-déjeuner tri-générationnel /Tri-generational women's breakfast

Un super petit-déjeuner contact féminin tri-générationnel à Estavayer la semaine prochaine, avec Joële, Noémie et Anne-Marie, la maman de Guy! Vous êtes toutes les bienvenues!

A great women's breakfast in Estavayer next week, with Joële, Noémie and Anne-Marie, Guy's mom! You are all welcome!

vendredi 7 septembre 2018

YWAM Together (6)

Dernière journée de la conférence globale de JEM ici à Pattaya. Ce matin, témoignage de notre ami J, responsable FJ au Liban sur son travail parmi les réfugiés et les camps de réconciliation, puis nous avons entendu des mouvements d'implantation d'églises dans le monde musulman. Cet après-midi, un temps avec quelques familles de la conférence pour une JEF pour leur mettre l'eau à la bouche et les équiper pour vivre la mission en tant que famille en incluant leurs enfants. Ce soir, Loren nous a défiés dans toutes sortes de domaines comme à son habitude, et nous avons terminé avec un temps de reconnaissance et de louange africaine incroyable. A un moment, des gens de toutes sortes de nations et générations sont montés sur scène pour danser. C'était un avant-goût du ciel... sauf que Jésus sera physiquement présent!

Last day of our global YWAM conference here in Pattaya. This morning, testimony of our friend J, our leader in Lebanon, about his work among refugee kids and the reconciliation camps, then we heard about church planting movements in the muslim world. This afternoon, a time with a few families from the conference to give them tools and vision to experience the mission as a family, including their kids. Tonight, Loren challenged us in many areas as he always does, and we ended with an incredible african thankfulness and praise time. At one point, people from all kinds of nations and generations jumped on the stage to dance. It was a foretaste of Heaven... with Jesus physically present!

YWAM Together (5)

Cinquième et avant dernier jour ici à Pattaya. Une journée plus "calme" et moins intense au niveau vécu, mais pas au niveau horaire. Ce matin était centré sur la Mongolie, la Corée et le Japon, avec un incroyable témoignage d'un Jémien qui a été en prison en Corée du N. Nous avons eu des bons temps de prière pour la réunification de la Corée et des familles séparées depuis 70 ans cette année. Ce soir était plus axé sur la Chine, avec un message de Kalafi Moala sur l'appel de JEM auprès des marginalisés - les Samaritains d'aujourd'hui. Cet après-midi, nous avions des cercles, Guy est allé à celui du ministère familles et Joële a préparé la rencontre de demain après-midi pour les familles et a vu l'équipe administrative internationale des FJ ainsi que tenu le stand d'information. On ne chôme pas... mais qu'est ce qu'on mange bien et à profusion - la cuisine thaïlandaise, c'est quelque chose!

Fifth and next to last day here in Pattaya. A "quieter" day, less intense emotionally, but not in the schedule. This morning was centered on Mongolia, Korea and Japan, with a powerful testimony from a YWAMer who was emprisoned in N. Korea. We had great times of prayer for the reunification of Korea and of families that are separated for 70 years now. Tonight was more about China, with a teaching of Kalafi Moala on YWAM's calling for the maginalized - today's Samaritans. This afternoon, we had circles, Guy went to the family ministries one and Joële prepared the family activity we will propose tomorrow afternoon; she also met with the IST and was at the KKI information table for a time. We're not out of work... but how the food is great and plentiful - thai food is really something!

mercredi 5 septembre 2018

YWAM Together (4)

Quatrième journée de conférence YWAM Together à Pattaya. Les organisateurs ont réussi le tour de force de faire sortir les près de 4'000 participants dans les rues de la ville pour une journée d'évangélisation: 325 équipes, 208 lieux de service, 144 véhicules, 600 volontaires locaux, 250 policiers... Quelle organisation! Joële et Noémie sont allées dans une école et Guy distribuer des Bibles dans un quartier. Il y avait aussi le choix entre prière, louange, musique, arts, ministères de compassion, visite de prisonniers, hôpitaux, Red Light District, évangélisation de puissance...

Fourth day of YWAM Together Conference in Pattaya. The organisers made the exploit of taking the 4'000 participants out to the streets of the city for a day of evangelism: 325 teams, 208 locations, 144 vehicles, 600 volunteers, 250 traffic officers... What an organisation! Joële and Noémie went into a school and Guy distributing Bibles in a neighborhood. You could also choose prayer, worship, music, arts, compassion ministry, prisons, hospitals, Red Light District, power evangelism...

mardi 4 septembre 2018

YWAM Together (3)


Super journée à nouveau, avec ce matin David Damian, un prophète égyptien très pointu, qui nous a défiés à élargir nos cœurs et à entrer dans ce que Dieu fait aujourd'hui. Très défiant et plein de points à ruminer et méditer dans les semaines qui viennent! En résumé: dans les temps qui viennent où tout sera ébranlé, Dieu parle aujourd’hui non seulement de signes et de miracles, mais de bâtir une famille. Les leaders des églises de Chine : "Nous savons comment bâtir une armée, mais nous ne savons pas comme élever une famille." Le modèle de la famille sera crucial dans les temps qui viennent pour discipuler et soutenir les chrétiens, mais aussi pour montrer au monde qui est Jésus (pas seulement les familles au sens habituel, mais aussi développer nos églises et organisations sur un modèle familial). L'armée des derniers temps est une famille porteuse de sa présence. Cet après-midi, nous avons eu un atelier sur les FJ, avec près de 150 personnes de 35 nations, dont beaucoup de Chinois. Beaucoup d'intérêt pour démarrer dans plusieurs endroits! Ce soir, Loren Cunningham nous a défiés à la multiplication, à faire de la place et à développer de nouvelles vision pour accueillir une nouvelle génération de milliers de nouveaux missionnaires. Un projet super pour l'été prochain: distribuer une Bible dans chaque foyer de Mongolie, un pays en pleine transformation (un seul chrétien connu il y a 30 ans, 3% de la population aujourd'hui). On réfléchit à monter une équipe francophone qui pourrait s'y rendre l'été prochain pour un grand projet de distribution biblique dans toute la nation, en coopération avec des milliers d'autres Jémiens du monde entier.

Great day again, with this morning David Damian, a very sharp egyptian prophet, who challenged us to enlarge our hearts and enter into what God is doing today. Very challenging and many things to ponder in the next few weeks! To summarize, in the coming times where everything will be shaken, God speaks today not only of signs and wonders, but about building a family. The China Church leaders said: "We know how to build an army, but we don't know how to raise a family." Family will be key in the coming times not only to disciple and support christians, but also to show who Jesus is to the world. The end times army is a family carrying His presence. This afternoon, we had a KKI workshop, with about 150 participants from 35 nations, many of them Chinese. We have much interest to launch KKI in several new places! Tonight, Loren Cunningham challenged us towards multiplication, to make room and develop new visions to welcome a new generation of thousands of new missionaries. A great project for next Summer: to distribute a Bible in every home of Mongolia, a nation experiencing a deep transformation (only one chritian known 30 years ago, 3% of the population today). We are praying about gathering a french speaking team to go there next Summer for a great project of Bible distribution in the whole nation, in cooperation with 1000 of other people from the whole of YWAM.